#Pierre

On reeeetourne au sud de la Vallée de la Tarentaise, encore plus au sud qu’à Tignes. Au fond du fond de la vallée, plus loin encore que Val d’Isère, pour nous arrêter au pied du col de l’Iseran, à 2 pas de l’Italie. Là où la Vallée des Glaciers semblait dégager une atmosphère paisible et sécurisante, les montagnes rocheuses qui entourent le pied de ce col, à l’inverse, infusent les lieux d’une aura pesante et menaçante. En hiver, la route qu’empruntent bon nombre de cyclistes pour franchir l’Iseran est endormie sous plusieurs mètres de neige, les randonneurs sont alors invités à chausser leurs raquettes et à s’arrêter sur les bancs qui surplombent temporairement la voie.

Nous sommes au début du printemps lorsque je prends ce cliché, avant d’apercevoir un groupe de chamois un peu plus en amont, et surtout avant que l’épaisse brume n’enveloppe toute la vallée d’un épais voile grisâtre.

Oumbrrr 🌑 #stone #elements

Une publication partagée par Pierre Baland (@pierrebaland) le

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *