#Pierre

On reeeetourne au sud de la Vallée de la Tarentaise, encore plus au sud qu’à Tignes. Au fond du fond de la vallée, plus loin encore que Val d’Isère, pour nous arrêter au pied du col de l’Iseran, à 2 pas de l’Italie. Là où la Vallée des Glaciers semblait dégager une atmosphère paisible et sécurisante, les montagnes rocheuses qui entourent le pied de ce col, à l’inverse, infusent les lieux d’une aura pesante et menaçante. En hiver, la route qu’empruntent bon nombre de cyclistes pour franchir l’Iseran est endormie sous plusieurs mètres de neige, les randonneurs sont alors invités à chausser leurs raquettes et à s’arrêter sur les bancs qui surplombent temporairement la voie.

Nous sommes au début du printemps lorsque je prends ce cliché, avant d’apercevoir un groupe de chamois un peu plus en amont, et surtout avant que l’épaisse brume n’enveloppe toute la vallée d’un épais voile grisâtre.

Oumbrrr 🌑 #stone #elements

Une publication partagée par Pierre Baland (@pierrebaland) le

#Air

C’est à l’opposé de Tignes et de la Grande Sassière que nous nous rendons cette fois-ci, après avoir basculé dans la Vallée des Glaciers, loin au nord de Bourg-Saint-Maurice. Plus précisément au pied de l’Aiguille des Glaciers qui épouse le légendaire Mont-Blanc, très près à vol d’oiseau et pourtant impossible à observer depuis la vallée, tant l’Aiguille qui le cache est imposante (3 816 mètres). Cette aiguille est d’ailleurs le sommet le plus haut de la commune de Bourg, et symbolise la frontière entre la Savoie, l’Italie et la Haute-Savoie. Dans la Vallée des Glaciers, nous sommes à la fois proches de tout, et pourtant les distances semblent démesurées, le tout étant renforcé par un très fort sentiment de solitude et de sécurité.

J’ai eu un vrai coup de cœur pour la Vallée des Glaciers, un lieu qui n’est accessible qu’une fois que la neige se décide à quitter la région, par une petite route se faufilant depuis la vallée de la Tarentaise. La sensation que j’ai eu la première fois que je me suis rendu là bas n’a pas trouvé son pareil dans les autres sites des Alpes que j’ai exploré. Cette sensation d’avoir découvert un coin magique, caché de tous, c’est quelque chose d’unique qu’il faut vraiment vivre au moins une fois. Je l’ai pour ma part vécu à plusieurs reprises quand je visitais le Parc national de la Gaspésie, notamment lorsque j’ai rencontré les orignaux du Mont Ernest-Laforce, mais la Vallée des Glaciers a été le seul équivalent.

C’est équipé de l’un des objectifs (ils ont servi sur des tournages de films s’il vous plait) prêtés par mon patron que j’ai capturé ces nuages qui embrassaient les montagnes enclavant la vallée :

Wsssssh 🌫 #air #elements

Une publication partagée par Pierre Baland (@pierrebaland) le

#Terre

Nous retournons dans les hauteurs alpines pour découvrir l’extrême sud-est de la Tarentaise.  On quitte le froid de l’hiver pour s’arrêter à la fin de l’été 2016 dans la vallée qui borde l’aiguille de la Grande Sassière. Située en amont du barrage de Tignes, cette vallée abrite de nombreuses familles de marmottes… Un coin idéal pour observer la nature et les sommets majestueux qui entourent les étendues d’eau qui les ont façonné. L’Aiguille de la Grande Sassière donne d’ailleurs son nom au seul sentier des Alpes qui grimpe jusqu’à plus de… 3700 mètres d’altitude et qui peut être arpenté sans avoir besoin d’équipement d’alpinisme. 3700 mètres, rien que ça.

Les couleurs pourraient laisser penser que j’ai réalisé ce cliché au printemps, il s’agit pourtant d’une photo prise au mois d’août…

Krkrkr 🌱 #earth #elements (désolé, j’ai beau chercher une onomatopée pour la terre, je trouve pas…)

Une publication partagée par Pierre Baland (@pierrebaland) le

#Feu

On continue #Elements en trichant un peu (déjà). N’ayant malheureusement pas encore eu l’occasion de faire de périple suffisamment long pour avoir besoin de me faire un feu le soir, je n’ai pas pu jouer avec lui au cours de mes randonnées alpines. Je suis donc retourné quelques années en arrière pour dénicher une photo faite au coin des braises, dans mon bon vieux Limousin. Je dois admettre que l’histoire de cette photo est bien plate, puisqu’elle a été faite au cours d’une banale soirée entre amis. Mais promis, il s’agit de la seule photographie qui n’a pas été faite au cours de mes voyages dans les Alpes, j’ai encore 6 occasions pour me rattraper !

Froutch 🔥 #fire #elements

Une publication partagée par Pierre Baland (@pierrebaland) le

#Glace

Si vous n’avez pas lu mon article précédent, je vous invite à le consulter pour comprendre comment s’est ficelé ce projet.

On commence cette série #Elements en nous rendant dans le village du Monal, un site classé monument historique proche de la frontière italienne. Un coin magnifique (sûrement l’un des plus beaux de la Vallée de la Tarentaise) accessible par un sentier relativement facile, qui sinue près d’un cours d’eau venant désaltérer la vallée. Le Monal évoque les constructions hobbits, c’est un coin atypique incontournable en automne, où les teintes oranges, jaunes, et rouges des feuillus se mêlent aux tons verts des pins et au blanc immaculé des sommets enneigés alentours. Mais lorsque l’hiver endort la région, c’est une zone désertée dans laquelle on se faufile difficilement, les chemins étant bloqués par la neige.

Le froid endort la vallée, oui, mais aussi les fontaines de ce site, où des amas de glace s’accumulent au fur et à mesure que la saison avance…

Aglagla ❄ #ice #elements

Une publication partagée par Pierre Baland (@pierrebaland) le

#Elements

Bonjour à tous,

On va encore voyager ensemble le temps de quelques articles. Mais cette fois-ci, pas au Canada, plutôt dans les Alpes (utilisez le sommaire ci-dessus pour naviguer d’un élément à l’autre).

Je vous présente une série de créations visuelles et sonores : #Elements. Celle-ci gravite autour de 2 passions qui se sont croisées l’espace de quelques jours : La photographie pour moi, la musique pour Thibaut, artiste de talent qui réalise un travail fabuleux que je vous invite à découvrir sur SoundCloud.

Pour cette création autour des éléments, Thibaut a composé, joué et mixé chacun des arrangements que vous allez entendre en s’inspirant des clichés que j’ai réalisé. Chacun de ces morceaux a été produit en moins d’une heure. Cette musique éphémère donne ainsi vie à différents instants, capturés au fil de l’année passée au cœur des Alpes (tout du moins pour 7 d’entre-eux).

Chaque composition musicale est créée de A à Z, et pour la partie photographique, seuls 2 clichés ont vu leurs couleurs ravivées par un filtre.

Cet article sera donc suivi par 8 autres au fil de la semaine : 8 thèmes, 8 couleurs, 8 matières, 8 ambiances, 8 sonorités. Bon voyage…

Top Tracks 2

Top Tracks matinaux

Hello la compagnie !

Bon, pour être honnête, le dernier article sur mon road-trip gaspésien est dans mes brouillons depuis 1 semaine et j’ai la flemme de le finir… Du coup, quand j’ai la flemme le vendredi, c’est Top Tracks matinaux ! (même si on est le soir…)

Laby 2016

Dans les coulisses du Labyrinthe de la Voix 2016

Aujourd’hui on parle du Labyrinthe de la Voix 2016, de ce qui s’annonce, et de la façon dont ça se prépare en coulisses !

D’année en année, le Labyrinthe de la Voix a su s’imposer comme l’un des festivals incontournables en Limousin. Et ça se ressent sur de nombreux aspects : La fréquentation qui ne cesse de croître, la programmation toujours plus importante… Mais à mes yeux, ce qui fait la force du Laby, au delà de l’investissement de nos bénévoles, c’est notre capacité à nous renouveler. Certes cette capacité s’est développée à mesure que les imprévus ont corsé l’aventure, mais les résultats sont là !

Dans la cour du château
Il y a quelques années, dans la cour du château…

Parmi ces complications, on peut noter l’interdiction d’utiliser la cour du château de Rochechouart pour les concerts accueillant plus de 400 spectateurs. Autant dire que désormais, nous ne l’utilisons quasiment plus. Avec cette interdiction, on se privait d’un cadre unique, qui avait su attirer aussi bien les spectateurs que quelques grands artistes. C’est d’ailleurs cet argument qui a parfois fait penché la balance en notre faveur pour les négociations lorsque les cachets demandés par certains artistes nous empêchaient de signer le contrat. Et pourtant, nous avons su rebondir, en proposant nos concerts les plus importants dans les allées du château. Un autre cadre tout aussi séduisant, mais bien plus complexe à exploiter. Au final, les allées du château ont su convaincre notre public et faire oublier la cour, pari gagné !

Mais je m’égare, parlons du Labyrinthe de la Voix 2016.

Un Labyrinthe de la Voix 2016 prometteur, que ce soit pour les activités gratuites…

Grâce à notre commission dédiée à la préparation des activités gratuites en amont des concerts, nous allons une nouvelle fois proposer des événements uniques et renouveler certaines recettes devenues incontournables. C’est le cas des balades contées, qui nous ont fait rêver dans de nombreux lieux de Rochechouart, du château au bistrot, en passant par les remparts. Cette année, c’est autour du plan d’eau que s’attarderont les Passeurs d’histoires pour un grande chasse aux sorcières !

Parmi les nouveautés dans nos activités gratuites, on notera la venue de Tornarem, un groupe qui nous présentera sa musique et ses démonstrations de danses traditionnelles au fil d’une balade en centre-ville.

En 2015 dans les allées
En 2015, les allées faisaient « salle » pleine

…comme pour la programmation des concerts !

Et bien évidemment, les concerts de cette année promettent des soirées mémorables. Les Ogres de Barback & Le Bal Brotto Lopez en première ligne, mais nous aurons tout un tas de groupes tout aussi talentueux. C’est le cas d’artistes comme Wazoo (et moi pendant c’temps là, j’tournais la manivelle…) pour du folk festif auvergnat ou ceux du groupe Musica Nostra, qui nous feront découvrir leurs airs italiens. De nouveaux horizons à explorer, exactement ce qu’on vient chercher au Labyrinthe !

Mais on accueillera aussi des groupes qui nous proposerons des styles bien connus et appréciés de notre public, comme Amari Famili, un groupe puisant dans les influences des Balkans, ou Keltiac pour leurs airs et leurs danses celtiques. Bref, il y aura de quoi faire cette année.

Et en plus des festivités ?

La suite de cet article concerne des projets potentiels et des idées évoquées, rien n’est acté. Ne prenez donc pas mes propos pour argent comptant !

Au sujet des actions de communication, j’ai toujours essayé de tenter des choses pour le Laby. Il y a 2 ans je proposais aux artistes de poser avec les lettres du festival pour une photo de groupe originale. L’an dernier, c’était la collaboration avec le centre de loisirs de Babaudus qui voyait le jour pour une création artistique autour de ces lettres, mais sous une autre forme. Il y a aussi eu les rétrospectives en vidéo… On a aussi notre nouveau site web qui va bientôt sortir, le travail qu’a effectué notre webmaster est vraiment de bonne facture.

Ce n’est donc pas les concepts et les supports qui manquent ! Cette année j’aimerais proposer un reportage vidéo sur les coulisses du Labyrinthe de la Voix 2016. Ca va demander beaucoup de temps et de préparation, mais c’est l’un des projets que j’aimerais porter pour les années à venir.

Direction du festival
Les débats sont parfois animés, y compris au sein du trio de tête !

Il y a beaucoup de thèmes qui font l’objet de grands débats lors de nos réunions, et beaucoup de projets sont mis sur la table sans qu’ils ne voient forcément le jour. Pour faire le tri dans ces idées, j’aimerais proposer un questionnaire aux fans du festival afin de cerner les possibilités à explorer pour les prochaines éditions. Ce questionnaire est prêt, il me reste à régler quelques détails pour le diffuser…

J’ai aussi croisé le chemin d’un journaliste musical lyonnais et d’un animateur radio messin bien sympathiques. Qui sait, peut-être que ces rencontres annoncent de nouvelles collaborations au delà des frontières de la région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes ?

L’idée principale retenue pour cette année est celle d’une buvette pendant les concerts. Cette idée traîne dans les cartons depuis de nombreuses années, et il a été décidé d’offrir ce service l’espace d’un soir, pour voir si c’est à retenir pour les années futures…

Plus que quelques mois à attendre pour découvrir tout ce qu’on vous a concocté, patience !

Top Tracks n°1

Top Tracks matinaux

Hello la compagnie !

Pas de gros article cette semaine, tout simplement par manque de temps et, un peu par manque de motivation aussi. Du coup je vous propose de découvrir quelques morceaux qui égaillent mes matinées en ce moment de par leurs notes légères, enjouées, électroniques ou traditionnelles… Attention, grands écarts rythmiques et lyriques en approche !
N’hésitez pas à me dire quel est votre morceau préféré dans ce top 10 en commentaire 😉

Le concert des 40 ans de Tri Yann

 

Tri Yann… Ou le groupe français avec la plus grande longévité : 44 ans de carrière. Et rien que ça, c’est déjà très fort. Alors évidemment, quand en plus c’est votre groupe de musique préféré, vous arrivez au concert comme un enfant avec des étoiles plein les yeux.

Quand on débarque au milieu des spectateurs, il n’y a aucune surprise à voir s’agiter des drapeaux bretons (OUI, Nantes, C’EST breton). Des milliers de personnes, toutes générations confondues, se mettent à fredonner « Je m’en vas » en cœur, et la magie opère. En parlant de magie, je ne sais pas si la voix puissante des trois Jean de Nantes a créé un microclimat sur l’île d’Oléron ce soir là, ou si c’est la chaleur humaine qui a fait fuir les nuages, mais l’orage a grondé et tourné autour de nous toute la soirée, sans jamais nous interrompre. Peut-être que la légendaire pluie bretonne n’a pas osé gâcher le spectacle de ses plus grands ambassadeurs.

Le plus impressionnant, c’est l’énergie que le groupe a encore, qui est bien plus grande que celle d’artistes plus jeunes… Et pourtant, certains membres du groupe approchent les 70 ans ! La diversité des instruments maîtrisés par Tri Yann est un autre aspect qui emmène les spectateurs au fil des légendes et anecdotes sordides contées par Jean-Louis Jossic, le leader charismatique du groupe.

Jean-Louis Jossic
En compagnie du leader du groupe, Jean-Louis Jossic

Après 3 ou 4 rappels, la pluie est tombée d’un coup, faisant fuir les milliers de spectateurs. Une poignée est cependant restée dans l’espoir de pouvoir échanger quelques mots avec Tri Yann. Evidemment, j’en faisais partie. Non sans difficulté, je me suis faufilé jusqu’à leur tente pour les rencontrer, puisque la pluie les a retranché dans leurs loges. En attendant leur nouvel album « Légendes » qui sortira début 2016, allez donc piocher quelques perles dans leur discographie, et si vous décidez de tout écouter, gardez-vous un mois de libre…