#Pierre

On reeeetourne au sud de la Vallée de la Tarentaise, encore plus au sud qu’à Tignes. Au fond du fond de la vallée, plus loin encore que Val d’Isère, pour nous arrêter au pied du col de l’Iseran, à 2 pas de l’Italie. Là où la Vallée des Glaciers semblait dégager une atmosphère paisible et sécurisante, les montagnes rocheuses qui entourent le pied de ce col, à l’inverse, infusent les lieux d’une aura pesante et menaçante. En hiver, la route qu’empruntent bon nombre de cyclistes pour franchir l’Iseran est endormie sous plusieurs mètres de neige, les randonneurs sont alors invités à chausser leurs raquettes et à s’arrêter sur les bancs qui surplombent temporairement la voie.

Nous sommes au début du printemps lorsque je prends ce cliché, avant d’apercevoir un groupe de chamois un peu plus en amont, et surtout avant que l’épaisse brume n’enveloppe toute la vallée d’un épais voile grisâtre.

Oumbrrr 🌑 #stone #elements

Une publication partagée par Pierre Baland (@pierrebaland) le

#Air

C’est à l’opposé de Tignes et de la Grande Sassière que nous nous rendons cette fois-ci, après avoir basculé dans la Vallée des Glaciers, loin au nord de Bourg-Saint-Maurice. Plus précisément au pied de l’Aiguille des Glaciers qui épouse le légendaire Mont-Blanc, très près à vol d’oiseau et pourtant impossible à observer depuis la vallée, tant l’Aiguille qui le cache est imposante (3 816 mètres). Cette aiguille est d’ailleurs le sommet le plus haut de la commune de Bourg, et symbolise la frontière entre la Savoie, l’Italie et la Haute-Savoie. Dans la Vallée des Glaciers, nous sommes à la fois proches de tout, et pourtant les distances semblent démesurées, le tout étant renforcé par un très fort sentiment de solitude et de sécurité.

J’ai eu un vrai coup de cœur pour la Vallée des Glaciers, un lieu qui n’est accessible qu’une fois que la neige se décide à quitter la région, par une petite route se faufilant depuis la vallée de la Tarentaise. La sensation que j’ai eu la première fois que je me suis rendu là bas n’a pas trouvé son pareil dans les autres sites des Alpes que j’ai exploré. Cette sensation d’avoir découvert un coin magique, caché de tous, c’est quelque chose d’unique qu’il faut vraiment vivre au moins une fois. Je l’ai pour ma part vécu à plusieurs reprises quand je visitais le Parc national de la Gaspésie, notamment lorsque j’ai rencontré les orignaux du Mont Ernest-Laforce, mais la Vallée des Glaciers a été le seul équivalent.

C’est équipé de l’un des objectifs (ils ont servi sur des tournages de films s’il vous plait) prêtés par mon patron que j’ai capturé ces nuages qui embrassaient les montagnes enclavant la vallée :

Wsssssh 🌫 #air #elements

Une publication partagée par Pierre Baland (@pierrebaland) le

#Terre

Nous retournons dans les hauteurs alpines pour découvrir l’extrême sud-est de la Tarentaise.  On quitte le froid de l’hiver pour s’arrêter à la fin de l’été 2016 dans la vallée qui borde l’aiguille de la Grande Sassière. Située en amont du barrage de Tignes, cette vallée abrite de nombreuses familles de marmottes… Un coin idéal pour observer la nature et les sommets majestueux qui entourent les étendues d’eau qui les ont façonné. L’Aiguille de la Grande Sassière donne d’ailleurs son nom au seul sentier des Alpes qui grimpe jusqu’à plus de… 3700 mètres d’altitude et qui peut être arpenté sans avoir besoin d’équipement d’alpinisme. 3700 mètres, rien que ça.

Les couleurs pourraient laisser penser que j’ai réalisé ce cliché au printemps, il s’agit pourtant d’une photo prise au mois d’août…

Krkrkr 🌱 #earth #elements (désolé, j’ai beau chercher une onomatopée pour la terre, je trouve pas…)

Une publication partagée par Pierre Baland (@pierrebaland) le

#Feu

On continue #Elements en trichant un peu (déjà). N’ayant malheureusement pas encore eu l’occasion de faire de périple suffisamment long pour avoir besoin de me faire un feu le soir, je n’ai pas pu jouer avec lui au cours de mes randonnées alpines. Je suis donc retourné quelques années en arrière pour dénicher une photo faite au coin des braises, dans mon bon vieux Limousin. Je dois admettre que l’histoire de cette photo est bien plate, puisqu’elle a été faite au cours d’une banale soirée entre amis. Mais promis, il s’agit de la seule photographie qui n’a pas été faite au cours de mes voyages dans les Alpes, j’ai encore 6 occasions pour me rattraper !

Froutch 🔥 #fire #elements

Une publication partagée par Pierre Baland (@pierrebaland) le

#Glace

Si vous n’avez pas lu mon article précédent, je vous invite à le consulter pour comprendre comment s’est ficelé ce projet.

On commence cette série #Elements en nous rendant dans le village du Monal, un site classé monument historique proche de la frontière italienne. Un coin magnifique (sûrement l’un des plus beaux de la Vallée de la Tarentaise) accessible par un sentier relativement facile, qui sinue près d’un cours d’eau venant désaltérer la vallée. Le Monal évoque les constructions hobbits, c’est un coin atypique incontournable en automne, où les teintes oranges, jaunes, et rouges des feuillus se mêlent aux tons verts des pins et au blanc immaculé des sommets enneigés alentours. Mais lorsque l’hiver endort la région, c’est une zone désertée dans laquelle on se faufile difficilement, les chemins étant bloqués par la neige.

Le froid endort la vallée, oui, mais aussi les fontaines de ce site, où des amas de glace s’accumulent au fur et à mesure que la saison avance…

Aglagla ❄ #ice #elements

Une publication partagée par Pierre Baland (@pierrebaland) le

#Elements

Bonjour à tous,

On va encore voyager ensemble le temps de quelques articles. Mais cette fois-ci, pas au Canada, plutôt dans les Alpes (utilisez le sommaire ci-dessus pour naviguer d’un élément à l’autre).

Je vous présente une série de créations visuelles et sonores : #Elements. Celle-ci gravite autour de 2 passions qui se sont croisées l’espace de quelques jours : La photographie pour moi, la musique pour Thibaut, artiste de talent qui réalise un travail fabuleux que je vous invite à découvrir sur SoundCloud.

Pour cette création autour des éléments, Thibaut a composé, joué et mixé chacun des arrangements que vous allez entendre en s’inspirant des clichés que j’ai réalisé. Chacun de ces morceaux a été produit en moins d’une heure. Cette musique éphémère donne ainsi vie à différents instants, capturés au fil de l’année passée au cœur des Alpes (tout du moins pour 7 d’entre-eux).

Chaque composition musicale est créée de A à Z, et pour la partie photographique, seuls 2 clichés ont vu leurs couleurs ravivées par un filtre.

Cet article sera donc suivi par 8 autres au fil de la semaine : 8 thèmes, 8 couleurs, 8 matières, 8 ambiances, 8 sonorités. Bon voyage…